Fixer un rendez-vous

Via le secrétariat pédiatrie ou urologie

Déroulement

Schéma consommation de liquides 

Heures Volume boissons
8 heures 2 verres
10 heures (récréation) 1 verre
12 heures 

2 verres

16 heures (goûter) 1 verre
18 heures jusqu'à une heure avant d'aller se coucher 2 verres

Télécharger le schéma consommation de liquides et miction

Règles générales 

  1. Arrêtez de boire 1 heure avant d’aller au lit 
  2. Assurez-vous de bien répartir votre consommation de liquides : avant-midi = 5 verres, après-midi et soirée = 3 verres
    • La production d’urine diminuera à l’approche de la soirée et sera moins importante la nuit. Les enfants doivent donc boire suffisamment à l’école afin d’entraîner leur vessie et ne pas devoir trop uriner (au lit). Si votre enfant ne boit que suffisamment après les heures d’école, les reins obtiennent seulement du liquide en suffisance à ce moment-là. Ils doivent encore éjecter les déchets de la journée après les cours ; la conséquence est une production d’urine trop importante la nuit.
    • La bonne répartition de la consommation des liquides permet à l’urine d’être moins concentrée de jour. Elle est donc moins stimulée à se resserrer et peut rapidement « s’élargir » pour contenir un plus grand volume. En effet, la vessie est un organe d’évacuation des déchets. Si l’urine est trop « sale » (concentrée), la vessie souhaite s’en débarrasser au plus vite et elle se contractera même lorsqu’elle n’est pas encore pleine. Les enfants ayant une prédisposition à ce trouble, souffrent d’une vessie hyperactive ou irritable. Chaque fois qu’ils vont aux toilettes, ils urinent un trop petit volume. Cela est fréquemment associé au besoin urgent d’uriner et aux mictions trop fréquentes. Pantalons mouillés de jour et pipis au lit la nuit (ils ne sont pas en mesure de stocker la production d’urine nocturne dans la vessie qui déborde la nuit) deviennent alors récurrents. Évitez les boissons gazeuses et la caféine ou la théine. Ces substances stimulent la vessie à se resserrer et à se contracter.  
  3. Effectuez une à deux fois par semaine un « super pipi » (pendant le week-end)
    • Assurez-vous que votre enfant boive le plus possible en avant-midi et qu’il se retienne d’aller aux toilettes aussi longtemps que possible.
    • Faites-le uriner au tout dernier moment et mesurez le volume d’urine.
    • Encouragez-le à briser le record de volume et récompensez-le. Volume cible : (âge + 2) X 30 ml. Par exemple (6 ans + 2) X 30 ml = 240 ml. Un enfant de six ans doit donc être capable d’uriner 240 ml lors d’un super pipi.
  4. Le jour du super pipi, gardez un calendrier de la consommation des liquides et des mictions (et le poids des langes la nuit). 
  5. Miction dysfonctionnelle
    • 15 % des enfants présentant des troubles urinaires souffrent de miction dysfonctionnelle. Ils ont l’habitude de lutter contre une vessie régulièrement hyperactive parce qu’ils doivent souvent refermer le sphincter pour éviter que l’urine s’écoule lorsque la vessie se contracte. S’ils veulent uriner à ce moment, ils n’arrivent pas toujours à relâcher suffisamment le sphincter. Le muscle ne s’ouvre pas suffisamment ou il s’ouvre et se referme pendant la miction. Ils souffrent alors d’une « miction saccadée » ou d’un mauvais jet d’urine et il n’est pas rare qu’un peu d’urine subsiste dans la vessie. Cela peut causer des infections aux voies urinaires (surtout chez les filles). 
    • La miction dysfonctionnelle nécessite une approche spécialisée composée, entre autres, de kinésithérapie afin de mieux aligner la vessie sur les muscles du plancher pelvien.